Col.fra
Accueil du site > 1- Articles > 10- Type Groupe > Surcharge de 1912 - Fabrication

Surcharge de 1912 - Fabrication

lundi 26 mars 2012, par sbuchfr

En 1912, le dépôt de l’office colonial constate qu’il existe un stock très important de timbres au type « Groupe ». Trois solutions pour faire disparaître ce stock existent :

  • L’envoyer aux colonies pour qu’il soit utilisé, mais les faciales ne sont pas d’un usage aisé
  • L’incinérer, mais il est plutôt considérable et se serai dommage
  • Le surcharger à une faciale d’un usage facile.

C’est cette dernière solution qui fut retenue.

En effet, la surcharge 05 et 10 leur permettaient d’être utilisés comme valeurs d’appoint et être rapidement écoulés.

Faciale entre 2 et 35 centimes => surcharge 05

Faciale entre 40 centimes et 5 francs => surcharge 10

Il y eu deux émissions mises en vente à l’office colonial de la rue Vaneau,

  • une première le mardi 9 juillet 1912 et
  • une deuxième le vendredi 1er novembre 1912.

Ces surcharges ont été faites à Paris par l’atelier du timbre.

Le stock de timbre au type « Groupe » se présente sous la forme de feuilles de vente entièrement confectionnées, c’est-à-dire qu’elles sont :

  • En feuilles de 150 timbres,
  • Gommées,
  • Dentelées

Pour la plupart, elles ont été fabriquées en 1893. Soit près de 20 ans auparavant.

L’ensemble est donc fragile et peu maniable. L’atelier n’a certainement pas pu utiliser les machines à cylindre pour lesquelles la marge est difficile à faire si la feuille est abîmée.

Le choix s’est probablement porté sur des machines anciennes mais toujours en activité.

La presse de type Stanhope qui est une presse à bras platine contre platine convient parfaitement pour la réalisation de ces travaux.

La surcharge a été réalisée en typographie en utilisant des caractères mobiles assemblés en une forme permettant la surcharge des feuilles de 150.

Etude de la surcharge

L’étude des surcharges montrent qu’il existe 2 compositions différentes pour chaque valeur.

  • La composition 1 de la surcharge 10 a été utilisée pour les colonies suivantes :

Guinée, Martinique, Nouvelle Calédonie, Réunion. Ces valeurs ont été émises en juillet 1912.

  • La composition 1 de la surcharge 05 a été utilisée pour les colonies suivantes :

Guinée, Martinique, Nouvelle Calédonie, Réunion. Ces valeurs ont été émises en juillet 1912.

Guadeloupe, Sénégal, Saint-Pierre et Miquelon. Ces valeurs ont été émises en novembre 1912.

  • Les compositions 2 des surcharges 05 et 10 ont été utilisées pour toutes les autres colonies et ont été émises en novembre 1912.

La distinction entre chaque composition se fait principalement par le nombre et la place des « chiffres espacés ».

Ces chiffres espacés sont dus à une erreur du typographe qui n’a pas utilisé le bon caractère d’espace pour écarter le 0 du 5 ou le 1 du 0.

Nous avons deux erreurs d’espacement, soit 1 point typographique 0,4mm, soit 2 points 0,8mm.

05 avec 1 point typo en plus en paire avec un normal Les deux combinés sur une même image pour voir la différence

05 avec 2 points typo en plus en paire avec un normal Les deux combinés sur une même image pour voir la différence

10 avec 1 point typo en plus en paire avec un normal Les deux combinés sur une même image pour voir la différence

Si l’on regarde plus en détail les différentes compositions, on s’aperçoit qu’elles sont toutes issues d’une seule et même forme.

Forme d’impression

La distance séparant deux timbres n’est pas une valeur ronde en points typographiques. Les typographes ont donc rattrapé ce décalage en modifiant l’espacement. Sur toutes les compositions, et ce quelque soit la valeur 05 ou 10, ces rattrapages se trouvent au même endroit.

Ce constat nous permet de conclure qu’il n’y a eu qu’une seule forme d’impression et d’imaginer l’ordre des surcharges.

Surcharge 10 composition 1

L’atelier compose la surcharge 10, et réalise l’impression pour les colonies de Guinée, Martinique, Nouvelle Calédonie et Réunion.

Surcharge 05 composition 1

Une fois ce travail terminé, il est décidé de faire les surcharges 05. Pour ne pas refaire une forme complète, les typographes mettent en réserve les chiffres 10 avec leur espacement sur une galée et remplissent la place libérée avec la surcharge 05.

Gallée avec composition en réserve

L’impression reprend mais cette fois ci en plus des 4 colonies précédentes, s’ajoute la Guadeloupe, le Sénégal et Saint pierre et Miquelon. Il restait encore à surcharger les 35c de Saint Pierre et Miquelon ainsi que toutes les surcharges 10, mais il fallut stopper l’impression probablement pour en laisser passer d’autres plus prioritaires.

Le 9 juillet 1912, les 4 colonies dont toutes les valeurs avaient été surchargées furent émises. Il faut noter que pour la Guinée, il y eut aussi des surcharges sur le type « Berger Pulas » lors de cette émission avec la même composition.

Lorsque l’impression repris, il fut décider de continuer les surcharges 10. Les 05 de la composition furent réservés à leur tour, et les 10 reprirent leur place, ou presque.

Surcharge 10 composition 2

En effet l’ouvrier typographe ne replaça pas exactement les chiffres au même endroit, ce qui fait que les espacés qui se trouvaient aux cases 81 et 131 se retrouvèrent aux cases 36 et 136.

Une fois les surcharges 10 terminées, l’ouvrier replaça les surcharges 05. Une fois encore il ne pris pas garde à l’ordre de remontage et la surcharge précédemment à la case 105 se retrouva à la case 10. De plus, l’ouvrier fit preuve de maladresse et laissa se renverser certains chiffres occupant le bord des blocs de 25. En les redressant, il interverti les lingots utilisés pour les espaces. Ces lingots n’étant pas tous de la même taille, 2 points d’écart, l’ouvrier ajouta bien involontairement 7 chiffres espacés ce qui porta leur nombre à 8.

Surcharge 05 composition 2

Toutes ces surcharges furent émises le 1er novembre 1912. Pour l’Indochine la surcharge porta sur le type « Grasset ».

Variété de la surcharge

En dehors des espacés cette surcharge présente très peu de variétés constantes. On peut toutefois ajouter deux variétés qui sans avoir été constantes sont suffisement importantes pour être signalés.

Chiffre 5 à grosse tête  [1]

La barre horizontale du 5 de la case 5 présente une boursoufflure probablement due à l’endommagement du caractère au cours des impressions.

Chiffre 5 à grosse tête

localisé en case 5

Du fait de son caractère accidentel cette variété n’existe que sur 17 valeurs surchargées en rouge.

Anjouan 4c., 15c., 25c., 30c.

Côte d’Ivoire 30c.

Grande Comore 4c., 15c., 25c., 30c.

Guyane 4c., 25c., 30c.

Madagascar 30c.

Mayotte 4c., 15c., 25c., 30c.

Tâche parasite sur 10

Le 10 se trouvant à la case 6 présente une tâche en haut et à gauche du 1.

Il s’agit d’un lingot pour faire les espaces qui mal serré dans la composition remonte lors de l’impression jusqu’à toucher le papier. C’est un phénomène extrêmement courant en impression typographique. Il se corrige simplement en repoussant le lingot à sa place et en donnant un coup de pointeau pour qu’il ne se déplace plus.

Cette variété n’existe que pour un petit nombre de valeurs :

Anjouan 40c.

cf Note 1

Guadeloupe 40c.

Saint-Pierre et Miquelon 40c.

Saint-Pierre et Miquelon 50c.

Saint-Pierre et Miquelon 75c.

Sénégal 40c.

Sénégal 50c.

Devrait exister pour le 50c. du Sénégal mais je dispose d’un exemplaire sans la variété. cf note 1

Il n’est pas non plus totalement exclu de la trouver pour d’autres colonies sachant que nous n’avons aucune idée de l’ordre du tirage et que ce type de variété peut apparaître en cours de tirage et avoir été corrigé avant la fin.

Conditions d’émission

Les surcharges furent émises en deux fois, une première le 9 juillet 1912 pour les colonies de Guinée, Martinique, Nouvelle Calédonie et Réunion et une deuxième le 1er novembre 1912 pour les autres. Les chiffres espacés ont été identifiés peu après l’émission et on en trouve mention dans la presse philatélique dès janvier 1913.

Lors de cette émission, le type Zébu de Madagascar eut aussi sa surcharge, une autre composition fut utilisée car la présentation des feuilles était différente. Cette composition est hors du cadre de cette étude qui porte uniquement sur le type « Groupe ».

Petit cadeau : Le chiffromètre que vous prendrez soin d’imprimer à l’échelle 1 sur un papier transparent, ou sur du papier blanc et dans ce dernier cas vous couperez horizontalement les chiffres au niveau des barres verticales et vous n’aurez plus qu’à le superposer sur un timbre pour savoir immédiatement si vous avez un chiffre espacé.

PDF - 70.5 ko

Chiffromètre

Notes

[1] Article d’André Michon, bulletin Colfra n°90, document philatélique juillet et octbre 1966

SPIP | squelette | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0